Accueil > PLAN SEXE >

Est-ce normal d’aimer le candaulisme ?

Le candaulisme est le fantasme inavoué de plusieurs personnes. Face aux pressions sociales et aux répercussions qu’il peut avoir sur leurs couples, ils préfèrent se terrer dans le silence et éviter d’aborder le sujet. Pourtant, c’est un fantasme sexuel comme un autre. Et de la même façon qu’il vous est possible d’apprécier les rapports sexuels entre homo, de cette même façon, il est normal d’avoir un faible pour les aventures candaulistes.

Le candaulisme au cœur du mariage

La tradition a laissé comme acquis, la fidélité dans le couple. Et, quand bien même certaines pratiquent comme la polygamie, la polyandrie ou le concubinage existent, il n’est pas, socialement parlant, normal qu’une femme décide de tromper son mari. Il en est de même de l’homme, même s’il est facile pour lui d’aligner les aventures sexuelles hors du couple. Cette situation fait du candaulisme, une des pratiques sexuelles les moins en vue, et un terrain sur lequel beaucoup de couples s’avancent avec prudence. C’est plutôt normal comme dynamisme. Mais il est nécessaire de garder à l’esprit que pratiquer le candaulisme n’est pas un problème.

C’est une pratique sexuelle comme une autre. Il a juste le besoin de s’établir dans un cadre adapté et où les risques pour qu’il ait de mauvais impacts sur le couple soient réduits. C’est pourquoi le maître-mot pour ce type de relations est la communication. L’épanouissement sexuel dans le couple est indispensable à sa survie. Pour y arriver, il faut communiquer, partager et vivre ses fantasmes, même les plus fous. Les couples candaulistes qui réussissent l’ont compris, et apprennent à aimer ce qu’ils font.

Le candaulisme comme marque d’amour

Les raisons qui fondent les relations candaulistes ne sont pas toujours évidentes. Mais la plus évidente semble être une prise de conscience des envies de son partenaire et un certain désir de les exaucer. L’initiative consiste à prendre sur soi de satisfaire les fantasmes de l’autre, soit en s’envoyant en l’air avec un inconnu, soit en se transformant en voyeur, fier d’exhiber sa compagne non seulement, mais surtout surexcité de partager son plaisir et de le vivre en le regardant. C’est en quelque sorte comme tout sentiment dans un rapport sexuel normal. Sauf que cette fois, on l’éprouve à faire les choses autrement.

Les couples candaulistes ont tendance à repousser les limites de la relation qui les lie, ce qui les rapproche davantage s’ils savent bien s’y prendre. Un mari cocu n’éprouvera par exemple aucune honte à être trompé. Mieux, il va s’y complaire et encourager sa femme à le refaire. Les histoires d’amour candaulistes sont complexes, mais éprouver le goût de l’aventure est normal. En soi, ce n’est pas un problème.


ARTICLES SIMILAIRES